english  |  français   contactez-nous

Les fichiers pdf listés ci-dessous (articles et E-livres) peuvent être lus seulement avec Adobe Reader versions 6 et plus. Si nécessaire, vous pouvez télécharger ce logiciel gratuitement à Adobe.com


L'équation 'tu es cela'

Suis-je le corps ou le mental ?

L'équation 'tu es Cela' a deux composantes. Nous commençons notre examen par le sens du mot 'tu'. Le sens immédiat de 'tu' est l'individu, je. Qu'est-ce que ce je ? Cela semble simple et clair. Je répondrais spontanément que je suis un homme, je suis né il y a 50 ans, je pèse 75 kg, je mesure 1,78 m, je suis myope, je suis en bonne santé, je suis ingénieur, je suis anxieux. Il est important de noter que cette réponse identifie mes caractéristiques à celles de mon corps, mes sens, mon intelligence ou mon état d’esprit.

Suis-je le corps ?
Examinons tout d’abord le statut de ce corps physique. Ce corps est connu par vous et donc est distinct de vous ; c'est un objet et non le sujet 'je'. Pourtant vous dites 'je suis grand, jeune, mortel' alors que ce sont en fait les caractéristiques du corps. Allons plus loin. Qu'est-ce que ce corps ? Ce n'est rien d'autre qu'un assemblage de cellules diverses. Mais les cellules actuelles de ce corps ne sont pas celles que j'avais à ma naissance. Les cellules se renouvellent constamment. En l'espace de douze ans, aucune des cellules actuelles de mon corps ne sont les mêmes. Qu'est- ce que cela signifie ? Cet ensemble de cellules disparaît mais je suis là et je peux observer les changements de mon corps alors qu'il grandit, se transforme et décline avec l'âge. Par conséquent, je ne peux pas être ce corps 57 mais d'une certaine manière, j'ai conclu que ses caractéristiques sont les miennes.

Suis-je les fonctions physiologiques du corps ?
Mais alors qu'est-ce que ce je ? Vous dites aussi à propos de vous-même, 'je suis affamé, je suis essoufflé, je suis en bonne santé, etc.' Ces conclusions concernent les fonctions digestives, respiratoires et les autres fonctions physiologiques du corps. A nouveau toutes ces conditions sont connues de moi et donc ne peuvent être moi. La faim se manifeste puis s'en va. Je suis conscient de la présence ou de l'absence de la faim. De plus, à différents moments, je peux être affamé ou ne plus l'être ! Je ne peux pas être les deux à la fois, je ne suis donc ni l'un ni l'autre. 'Je suis affamé, je suis essoufflé, je suis en bonne santé, etc.' ne sont donc pas des conclusions justes à mon sujet.

Suis-je les sens ?
Qui suis-je donc ? Je suis peut-être les sens. C'est pour cela que je dis je vois, je sens, j'entends, etc. Cependant, si j'examine cela de plus près, je peux comprendre que ce n'est pas moi qui vois mais mes yeux. Ce n'est pas moi qui entends mais mes oreilles. En fait, je suis le seul capable de dire si mes yeux voient ou s'ils ont besoin d'une bonne paire de lunettes ! Je suis conscient de leur bon et mauvais fonctionnement. Les conclusions que j'ai sur la nature de 'je' basées sur le fonctionnement de mes sens sont également fausses.

Suis-je le mental ?
Vous pouvez dire que maintenant c'est clair : je dois être le mental. C'est pourquoi je dis, 'je suis triste, je suis heureux, anxieux, etc.' Examinons de quoi est fait le mental. Le mental n'est rien d'autre que des pensées ou des représentations mentales. Ces pensées peuvent être divisées selon leur nature ou leur fonction en quatre groupes, les émotions, l'intellect, la mémoire, l'ego ou le sens de je.

les émotions : forment la base de mes conclusions ' je suis en colère, je suis agité, je suis triste ou amoureux etc.' Cependant elles sont momentanées et changent en permanence. Je me sens parfois triste et parfois heureux. En réalité, je ne suis ni triste ni heureux, ni aucune autre émotion car elles changent en permanence. Je suis celui qui voit les émotions au fur et à mesure qu'elles surgissent dans mon esprit et s'en vont. Je ne suis pas les émotions.

l'intellect : est la capacité du mental à connaître, à comprendre les objets et les concepts. Examinons ce qui se passe quand je prends connaissance d'un objet. Il y a un objet près de vous, 'une rose de Chine'. La rose physique n'entre pas dans votre mental, ce qui se produit, c'est qu'une pensée ou une représentation de la 'rose de Chine' se forme dans votre mental. Toute cognition, quelle soit à propos d'objets tangibles, d'idées ou de concepts, devient connaissance quand la représentation mentale correspond à la nature de l'objet, de l'idée ou du concept. Cette cognition grâce à laquelle je prends connaissance d'objets divers, se forme puis disparaît. Je ne peux pas conclure que je suis cette pensée particulière qui m'a conduit à connaître un objet donné. Car même en l'absence de cette pensée, je ne disparais pas, je suis bel et bien présent.

la mémoire : Dans ce cas, je suis peut-être la mémoire ? Non, car je suis celui qui accumule et qui accède aux souvenirs de mon enfance et à ce que j'ai mangé hier au déjeuner. Je ne peux pas être ces souvenirs qui constituent mon autobiographie car je suis conscient de l'apparition et la disparition de toutes les pensées relatives à mon passé.

le sentiment de je ou ego : Si je suis ni le corps, ni les sens, les émotions, l'intellect ou la mémoire, je dois maintenant conclure que je suis le sujet, celui qui est conscient de toutes ces activités physiques et mentales. Mais qu'est-ce que ce sentiment de je exactement ? Par exemple, quand vous lisez cette page, vous êtes conscient non seulement de la page que vous lisez et des mots inscrits sur la page, mais aussi conscient des changements dans vos pensées au fur et à mesure que vous comprenez les idées présentées ; vous êtes conscient des émotions qui se déclenchent en vous, et êtes aussi conscient de vous-même en train de lire cette page. Essayez de voir ceci pendant que vous lisez cette page. C'est là le sentiment de je. De la même manière, lorsque je cours dans la forêt, je peux voir les arbres autour de moi, je suis conscient des battements de mon coeur et aussi de moi-même en train de courir.

Cette capacité d'être conscient de mon propre corps, mon mental et mes sens et en même temps du monde extérieur, est le produit d'un processus neurobiologique complexe. Cela a donné naissance à ce sentiment de moi-même, de je, d'être un être conscient qui connaît, ressent et agit. Le cerveau a été conçu de telle manière qu'il permet cette conscience réflexive qui est à l'origine du sentiment de je, ainsi que la capacité de connaître à la fois les objets extérieurs et les activités du corps, du mental et des sens.




You need to upgrade your Flash Player.
This requires Macromedia Flash, version 8 or greater. Please click here to download.
Or, if you're absolutely positive you have Flash 8 or greater, click here to force the site to load.
Vedanta, le Yoga de l’Objectivité
Dans cet enregistrement réalisé à Bangkok, Surya Tahora explique pourquoi nous avons choisi d'appeler ce site Vedanta, le Yoga de l'Objectivité. Quelle est la relation entre objectivité et voir la réalité telle qu'elle est? Quels sont les différents niveaux d'objectivité dont nous parlons ici?
Ecouter l'enregistrement (4:34 minutes)
Voir les nouvelles séries de vidéos, Upadesa Saram, Tattva Bodha, Taittriya Upanishad, etc.

Introduction au Vedanta, une sagesse intemporelle
Une série de quatre vidéos en anglais qui présente de manière méthodique, brève et claire la vision du Vedanta. Que cherchons-nous réellement dans la vie ? Que signifie l'équation 'tu es cela' (tat tvam asi) qui révèle notre véritable nature ?
L'enseignement intemporel de la Bhagavad Gita
Une série de 23 vidéos avec des sous-titres français qui commentent les versets essentiels de la Bhagavad Gita dans un langage moderne, accessible et profond à la fois. Cette série souligne la pertinence de la vision de la Gita pour notre temps. Elle montre également de quelle façon son enseignement peut nous aider à mieux nous orienter dans notre existence et à vivre en accord avec ce qui est.



counter easy hit